VOUS AVEZ OUBLIÉ VOS IDENTIFIANTS ?

MOYENS MATERIELS DE LUTTE CONTRE LE RISQUE MALVEILLANCE

Moyens matériels de lutte contre la malveillance

/ / Lutte contre la malveillance
Moyen matériel de lutte contre le risque malveillance

Moyens matériels de lutte contre la malveillance

D’une manière générale, la mise en œuvre des moyens matériels de lutte contre la malveillance est de répondre à des objectifs précis :

  • Dissuader le malveillant,
  • Détecter le délit, l’agression ou l’intrusion le plus rapidement possible,
  • Déclencher une intervention.

Pour cela et qu’il s’agisse de sécuriser la périphérie d’un site, sa périmétrie ou l’intérieur d’un bâtiment, il existe une multitude de

moyens mécaniques et électroniques auxquels s’ajoutent des moyens de protection ponctuelle.

La protection ponctuelle.

Elle s’adresse tout aussi bien aux personnes qu’aux objets sensibles.

Concernant la protection des personnes, il s’agit principalement de dispositifs permettant de déclencher une alerte en cas d’agression ou de détecter le déroulement anormal d’une procédure, bip d’agression, pince à détection d’arrachement, contrainte par omission, etc. Il peut également s’agir de la surveillance d’un travailleur isolé, on parle alors de détection automatique de perte de verticalité ou de dispositif d’homme mort.

Pour la protection des objets sensibles, il existe de nombreux capteurs (Chocs, vibrations, arrachements) particulièrement adaptés pour la protection des tableaux, armoires à dossiers, coffres-forts, ordinateurs ou stockeurs informatiques, etc.

La protection mécanique.

Elle regroupe l’ensemble des obstacles physiques susceptibles d’empêcher, ou de retarder, à l’extérieur comme à l’intérieur d’un site, l’entrée ou la progression d’un malveillant.

Les obstacles généralement installés en périphérie d’un site peuvent être des blocs bétons ou des plots métalliques, une clôture pleine ou grillagée, des portails, des barrières, des bornes, des herses ou des obstacles escamotables, etc…

Concernant la protection périmétrique des bâtiments, il s’agit plus généralement de portes blindées ou de blocs-porte renforcés, de barreaux et de vitrages renforcés, de grilles et de rideaux métalliques, de Sas de filtrage d’accès avec ou sans détection de métaux, etc…

Quant aux moyens de protection mécanique intérieure, ils permettent surtout de filtrer l’accès des visiteurs et de restreindre l’accès aux zones et aux locaux les plus sensibles, tourniquets tripodes, couloirs sécurisés, portes et cloisons renforcées, serrures de sécurité, organigramme de clés ou autres en fonction des besoins de chacun.

La protection électronique.

Globalement, elle concerne l’ensemble des moyens électroniques destinés à dissuader, détecter et déclencher une alerte en cas de survenance d’un évènement contraire à une logique de fonctionnement prédéfinie.

Sans être exhaustive, la liste ci-dessous présente une sélection des solutions les plus couramment installées.

L’alarme vol intrusion

Son rôle consiste à déclencher une alerte en cas de détection d’une activité anormale sur le lieu surveillé.

Selon la nature des moyens auxquels elle est associée, elle permet de dissuader, mais aussi de ralentir et de stopper l’action des malveillants avant l’intervention des forces de l’ordre ou d’une société de sécurité, ce sera le cas lorsqu’un diffuseur de brouillard opacifiant est installé.

L’alarme incendie

L’objectif d’une installation d’alarme incendie est de déceler et de signaler tout début d’incendie dans le but de déclencher les actions et les dispositifs nécessaires pour faciliter l’évacuation des personnes présentes sur le site et limiter la propagation de l’incendie.

La réglementation des installations incendie est assez complexe, elle impose principalement des mesures propres à la protection des personnes et s’applique aux sites recevant du public.

Toutefois, dans le cadre de la prévention des risques malveillance et de la protection des biens, une détection automatique incendie peut être demandée par votre assureur ou être installée en complément d’un système de détection intrusion.

Le contrôle d’accès

Sa fonction est d’interdire l’accès d’une zone contrôlée à tout individu non autorisé et, en autoriser l’accès à des personnes habilitées.

Pour cela, un système de contrôle d’accès intègre systématiquement 3 composantes :

  • Une composante d’authentification : lecteur de carte, clavier à code, lecteur biométrique, etc.
  • Une composante d’autorisation : elle vérifie les critères d’authentification et les compare avec les critères d’autorisation prédéfinis par le gestionnaire.
  • Une composante de traçabilité : elle permet de retrouver et de vérifier l’ensemble des actions.

Concernant les critères d’autorisation et de traçabilité ceux-ci sont personnalisables :

  • Attribution individuelle des droits en fonction des besoins de sûreté (accès à une ou plusieurs zones, définition des plages horaires, durée de validité des droits…)
  • Traçabilité des mouvements (entrées/sorties autorisées, accès refusés…)
  • Comptage entrées/sorties pour asservissement éclairage/alarme…,
  • Gestion des périodes de crises (vigipirate, mouvements sociaux…)
  • Report des dysfonctionnements (porte forcée, porte restée ouverte, porte fermée mais non verrouillée, alarme…)

La vidéosurveillance ou vidéoprotection

En permettant la surveillance à distance d’un site, d’un accès ou de l’exécution d’une procédure particulière, elle contribue de plus en plus largement à la sécurité des biens et des personnes.

Les images obtenues peuvent être traitées en temps réel, automatiquement par un logiciel de gestion spécifique (détection de mouvement, reconnaissance faciale, analyse de plaques minéralogiques…), ou stockées afin d’être analysées ultérieurement.

En France, l’usage de la vidéosurveillance est soumit au respect de certaines lois et décrets dont les objectifs sont de :

  • Veiller au respect des droits des citoyens filmés.
  • Fixer des règles obligeant l’exploitant à atteindre les objectifs annoncés.
  • Faciliter l’exploitation des enregistrements par les forces de l’ordre.

Les portiques antivols

Les portiques antivols avec étiquetage et marqueurs associés sont l’une des solutions utilisées pour protéger efficacement les articles contre le vol en magasin.

Un portique se compose d’une ou plusieurs antennes et son utilisation implique la pose d’un marqueur antivol sur chaque article du magasin.

Lorsqu’un article dont le marqueur n’a pas encore été désactivé traverse le champ de fréquence des antennes, une alarme sonore et lumineuse se déclenche.

Il existe plusieurs technologies de détection, chacune ayant ses avantages et ses inconvénients, elles seront choisies en fonction de la nature des articles à protéger.

Les portiques antivols Radio-fréquences

C’est la technologie la plus économique (étiquettes très bon marché) et la plus répandue, notamment dans la grande distribution où il y a beaucoup de produits à protéger.

Les portiques antivols Acousto-magnétiques

L’avantage de cette technologie est la taille des étiquettes, très petites, autocollantes ou insérables, elles permettent de s’adapter à la protection de nombreux types d’articles (prêt-à-porter, optique, cosmétique, électronique…).

Avec un taux de détection moyen de 95 %, la technologie acousto-magnétique est la plus performante dans la lutte contre le vol en magasin.

Les portiques antivols Electro-magnétiques

Cette technologie est la moins utilisée mais demeure encore présente dans les lieux prêtant des livres et des revues.

Son avantage est le caractère désactivable et réactivable des étiquettes.

Technologie d’avenir… la RFID

Par rapport aux technologies RF, AM et EM, l’intérêt de la RFID (Radio Fréquence avec Identification) est de permettre une identification unitaire des marchandises.

Des informations, telles que la référence, la taille et le coloris des produits, sont entrées sur l’étiquette. Cette étiquette est lue dès qu’elle passe à proximité d’un lecteur ou au travers des antennes, ce qui permet d’identifier très précisément la nature de l’article.

L’autre avantage de cette technologie est de permettre une gestion très précise des stocks. C’est pourquoi sa mise en œuvre se concrétise actuellement auprès des grandes enseignes de distribution, mais le coût des étiquettes est encore trop élevé pour permettre une généralisation.

 

Pour obtenir plus d’informations sur ces différents moyens de prévention du risque malveillance

n’hésitez pas à demander gratuitement vos devis auprès de nos prestataires référencés

 

Je demande mes devis maintenant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HAUT